Fossile

Daniel Bourrion à 14 mois

Il n'y a évidemment aucun souvenir de ça, je n'ai en dedans moi nulle trace de ce moment

Lieux

Lieux

Il n'est aucune raison de passer par là, les routes autour plus droites et larges permettant où qu'on aille d'y aller plus vite et sûrement.

Fossile #13

Or donc ces années-là, ces années de cheveux, de bruit et de fureur, ces années qui semblent maintenant folles tant on est devenu sage, ces années dont à les regarder d'ici on a envie de croire que tout y avait failli basculer

Fossile #12

Autour si je compte bien, si j'ancre bien l'image dans son terreau de temps, les années soixante-dix vont commencer, elles s'approchent doucement, l'été soixante-huit qui a ébouriffé tant de monde et fera pousser les cheveux le long de la décennie vient de se terminer à peine,

Fossile #11

De ce côté-ci du temps, les choses changent maintenant vite et tellement qu'à la simple manière de se tenir, à ce qu'on porte sur les images de vêtements, de cheveux, de tissus, il est facile pour celui qui regarde de repérer la décennie dont date le cliché qu'on examinerait.

Fossile #10

On est son propre spectre, c'est une guerre de tranchées, chacun de son côté posé enterré vif attentif à attendre que l'autre bouge mais rien ne bouge que les jours qui passent

Fossile #9

C'est l'âge de la période sans mémoire, c'est l'âge qui est avant ce moment où remontent nos plus vieux souvenirs et qui est une limite que l'on ne parvient pas à franchir,

Fossile #8

Que l'on ne s'y trompe pas, que l'image ne mente pas dans ce qu'elle ne montre pas, l'enfant n'est pas tout seul, il y a auprès de lui au moins le photographe et puis sa mère sans doute et puis son père aussi, on peut l'imaginer, c'est dimanche ce jour-là, on dira que c'est ça, c'est le jour des familles et le jour de la messe et donc avec nous, le regardant poser, il y ce petit cercle très proche