Etourneaux

J'ai vu tomber des arbres des étourneaux et par centaines en une pluie de corps et noirs et blancs qui faisaient sur le sol pelé des damiers grands, des damiers frémissants que nous approchions à lents pas de loups, j'ai vu pleuvoir des oiseaux morts ou presque tellement le gel était cette année-là mordant, j'ai vu ces masses à peine tièdes que nous glanions avec nos mains d'enfants, que nous serrions doucement dans nos chandails pour tenter de les réchauffer, que nous portions dans la salle de classe auprès du poêle dont la gueule rouge crachait son feu, j'ai vu certains se réveiller et s'envoler et s'en aller de frayeur pure se fracasser dans les hautes fenêtres, j'ai vu autour tant de visages, et plus aucun n'a de nom maintenant, et moi non plus je n'ai plus nom, pas même figure dans le charivari du temps, et de tout cela il ne reste rien, que le bruit mou que ça faisait, ces corps légers tombant à terre. 

Commentaires

 

Il y a à l’horizon de ce jour

De la porte qui s’ouvre sur le chant d’un bouvreuil

Et le goût du beurre

le vol alambiqué des étourneaux survolant le jardin

les belles roses de novembre

le chien qui tourne et demande son repas

le grand feu de branches aperçu en allant tout à l’heure dans les antiques ruines de Saint Blaise

la conversation avec la factrice et le voisin

l’anonyme baroque qui fit sonner pour deux violons

et plus tard à la nuit

Archie Schepp faisant joyeusement la Fiesta

 

 

Tout ce lent travail suspendu au désir et au plaisir d’élaborer au mieux

et dans un temps qui n’est jamais compté

ces écrits paradoxaux que l’on se donne l’illusion d’appeler poèmes

 

Licence Creative Commons