Pérennité

Onglets principaux

interview donnée à cette occasion :

  • la mise en ligne donne aux textes (au moins dans mon cas) une visibilité qu'ils n'auront sans doute jamais sur supports papier (ce qui n'empêche pas de publier aussi sur ces derniers, pour toucher d'autres lecteurs, d'un autre type)." data-share-imageurl="">

Dire ce que j'entendais par "Pérennité" etc. dans l'extrait ci-dessous archivé (temps compteur 1'24) d'une interview donnée à cette occasion :

  • la mise en ligne donne aux textes (au moins dans mon cas) une visibilité qu'ils n'auront sans doute jamais sur supports papier (ce qui n'empêche pas de publier aussi sur ces derniers, pour toucher d'autres lecteurs, d'un autre type). Partant, lus plus, ces textes sont déposés dans les mémoires des lecteurs et finissent par acquérir une pérennité incomparablement plus importante qu'auparavant (au moins, quantitativement ou statistiquement parlant) même si elle est de fait relative et liée à la durée de vie des supports (entendez, des lecteurs et de leurs mémoires...) ;
  • l'archivage du web (qu'il se préfigure ou qu'il soit déjà en route) assure/ra également une pérennité à ces textes, avec cette fois une durée dans le temps qui dépassera sans doute aucun celle de l'archivage humain précédemment évoqué.

C'est à ces deux titres (une raison statistique, une raison technique) que la mise en ligne me semble participer d'une plus grande pérennité d'un texte. On me rétorquera que le support papier a fait preuve de sa capacité à résister au temps. Certes.

Il me semble juste que si du point de vue technique, le contre-argument du papier se tient, il ne résiste pas à la comparaison du point de vue de la capacité à, disons, dissémination ou propulsion d'un texte mis en ligne.

Dans tous les cas, comme je l'indique à la toute fin de l'extrait sonore, cela n'a pas réelle importance, les textes oubliés étant légions - rejoindre une légion, c'est bien aussi.

Licence Creative Commons