Une sorte de journal — 05 novembre 2016

Onglets principaux

Une goutte d'eau pour bascule du monde — et revenir à soi ; l'ombre fait une terre qui pourrait être une bouche ; c'est au retour glisser dans des chemins qui longent partout les maisons de saison fermées.

Ma contraction supplémentaire du monde ; un dessin de mille cartes ; j'ai dit chaque blessure, il est temps de parler ; l'automne, toujours dans son cortège. 

Même peau à peau, cette distance ; il y a toujours la tentation d'ailleurs ; derrière la vitre c'est un tunnel et tout au bout je vois le monde.

Au hasard seulement, et se souvenir de riens ; ceux d'à-coté laissaient dans leurs brumes sans fin des titubements ; je sais encore comme son visage était vivant au loin des murs — patiente, patiente, et porte ta récolte.

Je suis de ceux dont il ne faut pas dire le nom, j'ai nom d'oiseau comme de terre noire, de champs loin droit devant, de visages sans cesse creusés, j'ai nom de ça et puis des noms qui sont partout sur la face du jour gravés à la pointe des couteaux ; fatras, un fil d'éternité ; il n'y a rien d'autre que ce que tu deviens.

Licence Creative Commons