Une sorte de journal — 2017

Onglets principaux

Un vide quand il faut choisir le silence ; à marcher dans un rêve, je perds finalement des pas ; dans le blanc c'est un geai, sa pertinence voisine.

Après, ouvrir le vin, en boire un verre, dormir d'un sommeil sans rêves ; très loin le lieu et puis déjà son temps, cela n'a peut-être jamais été ; nous sommes de luttes accumulées.

Ta solitude je n'y peux rien, elle tient le rosier droit ; quelques bulbes pour outils ; de boue, cette poussière légère et grise, une neige.

Ce sont trognards juste sortis des temps, une garde rude et rugueuse ; ce bleu d'éternité, porcelaine fine ; de voix la tienne, plus l'autre ; où sont passées mes heures, et toutes ?

Licence Creative Commons