Révisions pour « Cantique de la paranoïa  »

Onglets principaux

RévisionActions
sam, 12/12/2015 - 20:46 par dbourrion
This is the published revision.
sam, 12/12/2015 - 18:00 par dbourrion
sam, 12/12/2015 - 18:00 par dbourrion
jeu, 01/24/2013 - 20:40 par dbourrion
ven, 06/08/2012 - 08:09 par dbourrion
jeu, 06/07/2012 - 22:37 par dbourrion
jeu, 06/07/2012 - 22:14 par dbourrion
jeu, 06/07/2012 - 22:14 par dbourrion

Lecture : Julie Labbé




Ne vous séparez pas de vos affaires personnelles suivez les consignes scrutez la voie recomptez votre monnaie voyez dans tout propos sa menace protégez-vous du calme n'allez jamais en paix soupçonnez l'insoupçonnable ne répondez pas au téléphone n'ouvrez aucun courrier ne sentez pas l'odeur des fleurs asseyez-vous toujours face fenêtre brouillez vos pistes détruisez vos brouillons sachez que tout ami est un ennemi demandez-vous qui sont vraiment vos parents écoutez les conversations qui parlent de vous et celles qui ne parlent pas de vous (on y parle de vous) marchez toujours en zigzags larges pour contrer les snippers dormez mais d'un seul oeil vérifiez vos vêtements et vérifiez vos doigts demandez-vous ce qu'il y a dessous les mots.


Photos/installation : Julie Labbé

Si vous repérez un bagage abandonné éloignez-vous sans piper mot en cas de doute gardez-les pour vous n'entrez jamais dans un confessionnal évitez les espaces dégagés lorsque les satellites vous suivent pensez discrètement déplacez-vous dans le lit des ruisseaux n'ouvrez pas la porte sachez que les images sont truquées votez pour vous consignez votre ADN sachez combien de caractères comptent vos livres et pensez à en faire l'inventaire régulièrement calfeutrez vos fenêtres luttez contre les ondes qui scrutent vos idées enregistrez la radio pour décortiquer les émissions envisagez votre famille comme une arme de destruction massive payez tout en liquide effacez vos empreintes ne prenez jamais les péages mangez par petites bouchées fabriquez vos médicaments vous-même n'allez dans les lieux publics qu'en dernière extrémité faites tous les liens possibles pour comprendre n'ayez aucun doute sur la capacité des autres à vous nuire n'approchez pas des zones blanches préférez toujours le couvert des arbres considérez chaque matin comme le commencement d'une nouvelle guerre et chaque nuit comme sa suite.

Demandez-vous pourquoi ces lignes ont été écrites et si leurs lettres autrement ordonnées ne diraient pas tout autre chose faites toujours comme si vous saviez comptez vos cheveux ne croyez pas ce que disent les chauffeurs d'autobus vérifiez vos dents prenez les escaliers à l'envers soyez attentifs aux détails les plus infimes notez la place des livres dans les bibliothèques puis tirez vos propres conclusions de leurs éventuels mouvements quittez toujours la pièce juste avant le bon moment n'hésitez pas à faire demi-tour lorsque la sortie est proche restez à contre-jour brûlez vos tickets de métro pincez-vous d'heure en heure pour ne pas vous endormir affûtez votre crayon de papier il pourrait vous sauver la vie filtrez plusieurs fois l'eau du robinet que vous buvez sachez entendre le murmure des murs comprendre ce qu'ils vous disent découpez votre visage sur les photographies de votre enfance effacez des registres vos noms prénoms numéro matricule taille poids stature etc. n'ayez jamais aucune hésitation quand il vous faut avoir un doute - votre survie en dépend.

Lecture : Anaïs Meunier et Camille Clenet

Regardez sous chaque caillou pendant vos recherches dans la ville repérez de possibles futures caches n'ayez d'autres habitudes que d'en changer soyez inodores pour semer les chiens ne répondez pas à ceux qui vous parlent de vous marchez les yeux baissés (n'aviez-vous pas déjà vu cette automobile auparavant ?) gardez toujours une lame de rasoir dans la doublure de votre manche ne montez pas à l'arrière des taxis évitez les stades leurs foules incontrôlables n'oubliez aucun visage ne revenez jamais dans le même restaurant n'ouvrez pas la bible n'ouvrez pas le coran n'ouvrez pas le capital listez les noms sur les pierres tombales et recoupez les morts tirez vos conclusions n'essayez pas de savoir qui je suis lisez les journaux par la fin - toute vérité est un mensonge.

Texte né sur les réseaux

Fermez les portes où que vous soyez ménagez-vous des issues de secours ne dites jamais oui sachez lire entre les lignes devinez les intentions de ceux qui vous suivent évitez les contacts physiques n'approchez pas l'eau n'acceptez pas d'aller prendre l'air surveillez l'hôtesse éradiquez toutes les mauvaises herbes faites vos courses en gros volumes ne passez aucun diplôme découpez soigneusement les étiquettes de vos vêtements repassez-vous vos rêves à l'envers pour les vérifier comparez vos photos avec la réalité signez tout d'un faux nom que vous changerez chaque matin lisez par-dessus les épaules pourquoi me regardez-vous comme cela pourquoi me regardez-vous comme cela ?

Maintenez en vous une constante tension vérifiez l'aplomb des murs n'avalez jamais de pain inventez une langue que vous serez seul à connaître ayez toujours le souci de disparaître étudiez les marchés pour comprendre leurs logiques sachez que chaque bruit la nuit est de manière certaine une menace qui s'avance n'habitez pas un dernier étage décalquez les visages des présentateurs TV parlez à voix haute pour ne rien dire du tout souvenez-vous que tout ce que vous pourrez dire sera retenu contre vous.

Demandez-vous qui vous surveille depuis ces voiliers ne marchez pas sur le sable n'ouvrez pas aux démarcheurs évitez les spectacles de plage soyez impitoyable avec tout nageur s'approchant de vous ne mangez pas de glace dont vous ne pouvez contrôler parfaitement l'origine tenez compte des marées et de leurs variations anormales sachez que derrière les volets semi-clos des grandes demeures de famille on vous regarde ne vous retournez pas dans les rues vides mais faites usage du reflet des vitrines pour débusquer ceux qui vous suivent gardez en tête la silhouette des joggeurs derrière ces lunettes noires voyez que l'on vous voit.

Tenez-vous aux franges du bal ne faites nulle confiance au maître nageur ne respirez pas les odeurs de roses trémières ne souriez pas à la boulangère allez partout discret demandez-vous pourquoi ce commerçant sur le marché tient tant à vous faire goûter sa production d'olives noires marinées — son visage ne vous est pas inconnu et celui de cet homme qui vous bouscule non plus — ne levez pas la tête pendant le feu d'artifice repérez ceux suspects qui font comme vous photographiez tout ce que vous pouvez pour en tirer vos propres preuves modifiez votre voix lorsque vous demandez votre chemin souvenez-vous que du haut de ce phare on peut suivre votre fuite.

Repérez partout les caméras de surveillance et leurs angles morts oubliez des leurres sur votre passage vérifiez qu'aucune maison n'a bougé pendant l'hiver souvenez-vous que même une petite fille en marinière peut porter une bombe apprenez à lire le motif des plate-bandes ne laissez aucun sourire vous attendrir accélérez quand la foule ralentit ralentissez quand elle accélère — ce léger décalage permanent peut vous sauver — au hasard des promenades débarrassez-vous des papiers compromettants retenez que toute ombre peut s'avérer menace êtes-vous certain que ce vieillard ratissant son gravier soit inoffensif ?

Savez-vous qu'un simple cerf volant peut s'avérer une arme redoutable la marée basse n'est pas un hasard ces rocailles cachent sans doute une boîte aux lettres discrète toute terrasse est un risque ne tenez aucun visage pour définitif passez à l'acide le bout de vos doigts entendez ce que révèlent les haies votre voisin de plage en sait trop sur vous et les volleyeurs plus loin autant demandez-vous combien de conversations passent par ces antennes de téléphonie mobile, qui parlent de vous et vous menacent.

Pages

Licence Creative Commons