Sardinia #60

(...) convergeant allant où vers les grands ponts Philadelphia d’abord ce grand pont dessus milieu le gros péage presque le seul jamais croisé petites cabines les mecs dedans gantés de noir l’argent n’a pas d’odeur

Tombeau #9

Je me souviens du dernier jour du collège, de la dernière fois que j'en ai franchi les grilles, du sentiment que ça donnait de tomber dans un vide qui était un futur et dont on voyait bien, au moment de sauter, qu'il n'y avait nul fond sinon la fin des temps, la nôtre en tous les cas, on verrait bien pour celle des temps,

Sardinia #59

(...) jusqu’à ce que la ville plate de la White House meringue nous sorte par les yeux qu’on se dise sans un mot on trace vers Philadelphie va savoir pourquoi sans doute que dans un film on avait vu celle-là de ville

Sardinia #58

(...) finalement la White House loin dans le parc immense ras l’herbe brûlée jaune du soleil des cops posés dessous les arbres un coin de l’ombre cherchant costards lunettes le fil torsadé oreillettes dessus les avant-bras un truc gris dur déplié dur cachant les guns on voyait bien aux pieds un sac dedans je te laisse tout imaginer d’autres guns sans doute plus lourds chargeurs ou quoi de l’eau

Sardinia #57

(...) en trombes à nouveau sur bitume tant droit tant loin tant loin remontant droit océan grand le longeant mollement vers la ville des villes New York City maintenant qu’on visait pile on savait bien que ça ne pouvait pas durer le fric fondant

Tombeau #8

Ensuite il y a l'école dans l'autre village avec sa cour coincée entre l'église et les murs hauts surplombant la route puis son marronnier tant gros dont l'ombre suffisait à recouvrir la quasi totalité de l'espace où nous étions à jouer, du moins, c'est l'image que j'en ai maintenant à patauger jusqu'aux genoux dans ce flou gris du temps, son marronnier d'où, cet hiver où il avait fait si froid

Lieux #42

Tout a baigné jusque-là dans une ambiance grise hivernale qui pourrait laisser à croire qu'il n'existe ici qu'un ciel mercure gris dont l'argent cache toujours le soleil derrière maintenant le métal à sa température liquide : ce serait une erreur, l'été aussi arrive comme le couvercle qui vient avec non plus tissé de nuages bas tellement qu'ils se laissent gratter le ventre par les arbres noirs

Tombeau #7

A dire la vérité qui pourrait s'avérer évidemment un beau mensonge, ceux qui écrivent mentent presque tout le temps, à chaque ligne peut-être ils mentent mais souvent en bonne foi, on leur laissera ça,