Lettre

Il tenait une lettre à la main, il leva les yeux me regarda puis de nouveau la lettre puis de nouveau moi, derrière lui je pouvais voir* les armées mortes qui le suivaient depuis que la lettre était arrivée par le courrier du matin et qu'il avait senti une fois de plus que sa journée se passerait à se demander à quel moment il viendrait frapper à la porte lourde de la maison

Boue

Des souvenirs faisant une boue indistincte dans laquelle on plongeait jusqu'aux épaules ses bras pour tenter d'en tirer quelque chose dont on pourrait faire quelque chose et que puisqu'ils fuyaient on allait chercher plus profond encore

Histoire - les femmes

(et son silence était son silence n'était pas le silence de nos mères qui n'était pas celui de nos soeurs ni celui des mères d'avant chacun de leur silence de femmes disant autre chose de nous

Histoire - les Gens d'ailleurs

(et nous l'aurions su que ça n'aurait rien changé et nous l'aurions su que nous n'aurions pas été plus avancé puisque nous vivions tous ou presque comme si le monde s'arrêtait aux limites de la vallée et pensions donc sans vraiment le dire que ces gens en conséquence ne pouvaient pas venir d'ailleurs que de quelque recoin de cette dernière où aucun de nous ne serait jamais allé se perdre, où de

Histoire - le ruisseau

(traversant toute la vallée en son point le plus bas, le plus sombre, lui faisant au ventre une sorte de cicatrice apparaissant là dans ce coin que les champs enfonçaient en plein dans la partie du bois où le sol était toujours marécageux brumeux comme méphitique

Histoire - le lendemain

Qui continua le lendemain, ce jour qui vint juste après celui où ces gens commencèrent à couler le long de la rue-route commencèrent et puis finirent d'y passer comme l'eau dans le ruisseau mais elle ne cessant jamais d'aller sale et grise et grasse derrière les maisons basses celles du côté du creux de la vallée ce ruisseau puant (...)

Histoire - les Gens

Qui commença le jour où l'on vit passer sur la route qui fait depuis toujours du village deux moitiés parfaitement égales des gens dont on ne savait pas d'où ils venaient (...) et qui ne s'arrêtaient pas et dont toute la vie semblait entassée dans tout ce qu'ils poussaient traînaient devant derrière eux en passant devant nos maisons devant lesquelles nous étions sortis toutes et tous leur faisant une sorte de haie d'honneur d'indifférence